Il est important de savoir que la dépression peut atteindre tout le monde, il n’y a pas de personne plus vulnérable qu’une autre.

Elle peut être déclenchée par un évènement particulier ou ponctuel de la vie, ou tout simplement s’installer insidieusement  petit à petit chaque jour dans notre quotidien.

Elle se caractérise dans un premier temps par un manque d’entrain incommensurable, l’envie de se réfugier au fond de son lit en inhibant tout type de projet.

Viennent ensuite des pensées obsessionnelles, des troubles de l’humeur, troubles digestifs, un sommeil perturbé souvent transformé peu à peu en insomnie, des pertes de désirs généralisées, appétit perturbé….

Ce ralentissement physique nous conduit peu à peu vers l’isolement ce qui renforce d’autant l’état dépressif.

 

La dépression saisonnière est reconnue comme une vraie maladie.

Plus on s’éloigne de l’équateur et plus le pourcentage de personnes touchées augmente car le manque d’ensoleillement y fluctue davantage au cours d’une année. En France, on peut estimer entre 3 et 8% le nombre de personnes souffrant de dépression saisonnière. En raison de facteurs hormonaux, les femmes sont plus sensibles aux variations d’ensoleillement que les hommes.

Les premiers symptômes apparaissent aux alentours de 25 – 30 ans et dans 4% des cas, la maladie touche des enfants et des adolescents particulièrement sensibles à l’exposition à la lumière.

A noter qu’il existe également une dépressions saisonnière estivale durant les mois de forte chaleur pour laquelle il n’existe aucun traitement  spécifique.

Symptômes

La dépression saisonnière est répertoriée dans le DSMIV TR 2000 comme « un épisode dépressif récidivant durant l’hiver, en l’absence de facteurs de stress saisonniers, avec une rémission complète en période estivale« .

Elle débute le plus souvent en octobre jusqu’en mars mais surtout durant les mois de novembre, décembre et janvier. Elle est marquée par l’existence de symptômes atypiques qui se manifestent toujours à la même période et disparaissent progressivement au printemps ou spontanément durant un voyage sous le soleil :

  • fatigue importante et état de somnolence diurne.
  • sentiment de tristesse et d’abandon, irritabilité, perte d’intérêt et manque d’initiative.
  • augmentation du stress ce qui peut engendrer des comportements de compensation (alcool, aliments sucrés) pouvant entraîner une prise de poids.
  • troubles importants de la concentration, baisse de productivité aux études ou au travail.
  • besoin accru de sommeil
  • baisse de la libido
  • tendance à s’isoler

La lumière joue un rôle important dans la régulation de l’horloge biologique interne qui contrôle plusieurs fonctions du corps comme les cycles d’éveil et de sommeil ou encore, la sécrétion de la sérotonine qui régularise l’humeur et gouverne la production de mélatonine responsable des cycles éveil/sommeil. Les dérèglements hormonaux peuvent être suffisamment importants pour générer des symptômes de  dépression.

Physiologie

Ainsi, les rythmes biologiques font partie de notre vie quotidienne et permettent le fonctionnement normal de notre organisme. L’horloge biologique gouverne notre sommeil, notre activité physique et intellectuelle, notre mode alimentaire, notre sexualité et permet surtout leur espacement dans le temps. Le rythme le plus fréquent est le rythme circadien, il dure en moyenne 24 heures.

La localisation précise de l’horloge biologique est située dans l’hypothalamus, une autre a été identifié dans l’épiphyse ou glande pinéale qui sécrète la mélatonine. Certains de ses neurones ont une origine commune avec les photorécepteurs de la rétine des yeux.

La glande pinéale joue un rôle de transduction qui convertit le rythme imposé par le noyau suprachiasmatique en message hormonal sous forme de mélatonine.

La mélatonine appelée hormone du sommeil est l’hormone centrale de régulation des rythmes chronobiologiques et de pratiquement l’ensemble des sécrétions hormonales chez l’humain. Elle ne peut être synthétisée que lorsque nous sommes dans l’obscurité avec un taux plasmatique maximal entre 2h et 5h du matin, ensuite elle diminuera progressivement. Outre sa fonction régulatrice du sommeil, elle est également considérée comme un antioxydant

La sérotonine permet la transmission de l’influx nerveux. Elle est libérée grâce au système nerveux parasympathique. Elle est impliquée dans la régulation de fonctions telles que la thermorégulation, les comportements alimentaires et sexuels, le cycle veille/sommeil, la douleur, l’anxiété ou le contrôle moteur.Elle est synthétisée le jour et la nuit mais n’est sécrétée que la nuit pour former la mélatonine.

Une carence en sérotonine provoque :

  • insomnie
  • dérèglements hormonaux divers
  • dépression
  • vieillissement accéléré
  • manque de résistance aux infections

Mesures préventives de la dépression saisonnière

  • luminothérapie, sortir de chez soi au moins une heure par jour, laisser entrer la lumière chez soi (miroirs), utiliser des réveils simulateurs d’aube, pratiquer des exercices physiques à l’extérieur pour permettre un renforcement des défenses immunitaires, utiliser une lampe d’intensité lumineuse de 10 000 lux le matin durant 30 minutes.
  • alimentation, consommer des aliments riches en acides gras oméga-3, oméga-6 et magnésium; Ne pas hésiter à prendre un magnésium marin car assimilation profonde et durable, durant un mois minimum. Sels de nigari, fruit de mer, mélasse, cacao, céréales, épinards, abats, sarrasin, amandes, noix et bananes.
  • millepertuis.

La réflexologie plantaire, un traitement préventif, curatif et palliatif

Lors d’une dépression saisonnière, la première étape incontournable du soin en réflexologie plantaire  aura pour objectif de stimuler les organes et viscères permettent d’accélérer le pouvoir d’élimination des toxines par le corps en ouvrant, en relançant et en débloquant les voies énergétiques via le carrefour yin/yang. Le corps est ainsi prêt à recevoir le soin.

La seconde étape viendra contacter l’axe essentiel de notre bien-être : la colonne vertébrale. Elle entoure la moelle épinière, soutient le crâne contenant le cerveau et sert de point d’appui aux ceintures scapulaires et pelvienne. L’objectif étant de faire l’état des lieux pour localiser les troubles organiques (tensions, troubles digestifs, diaphragme hypertendu ou orthocrânien souvent trop sensible). Les parties surchargées en toxines seront nettoyées, les toxines seront alors éliminées par l’organisme (émonctoires).

Le système nerveux végétatif dirige l’ensemble des phénomènes nécessaires à la vie (homéostasie, fonctionnement de nos glandes, de nos viscères, etc…), il n’est pas soumis à l’influence de notre volonté. La dépression saisonnière naît d’un déséquilibre lié à un dérèglement du système nerveux végétatif. L’objectif de ce trajet est de rééquilibrer le système nerveux en sollicitant le système parasympathique qui favorise le repos et le système orthosympathique qui favorise l’activité afin d’harmoniser le corps.

Une activation et un rééquilibrage des sécrétions hormonales (mélatonine et sérotonine) est là aussi essentiel dans le traitement de la dépression saisonnière par la réflexologie plantaire. L’objectif secondaire est là de réguler l’horloge biologique interne et l’humeur, retrouver un bon sommeil, un comportement alimentaire et sexuel harmonieux et serein ainsi qu’un état émotionnel stable.

Le dernier objectif visé durant ces soins est  la détente du corps
Les toxines de l’organisme seront éliminées lors du drainage lymphatique.

La séance de soin se terminera par la détente des zones de tête et de l’ensemble du pied, le mouvement sera lent et chaleureux, les mains se veulent bienveillantes et enveloppantes. Une synergie d’huiles essentielles et une huile harmonisante seront utilisées pour potentialiser les effets de la séance de soins. La technique de visualisation et une respiration adaptée accompagneront cette relaxation.

Il sera tout naturellement opportun de préserver une stabilité énergétique dans le temps, de maintenir une bonne circulation des flux d’énergie et stimuler régulièrement les zones en cas de besoin. Le nombre de séances sera défini par le praticien avec le consultant.

* Ces prestations ne sont pas d’ordre médical et ne prétendent en aucun cas se substituer à un acte médical ou des prescriptions de médicaments